Mes trucs pour enrichir l’alimentation d’un petit mangeur récalcitrant

Un texte de notre collaboratrice Solange

En devenant parent, tout devient stressant. De petits êtres dépendent de nous à 100% et nous tentons de prendre des décisions au mieux pour bien les partir dans la vie. L’alimentation représente un défi de taille pour les parents. Quoi leur donner, quoi ne pas leur donner, mangent-t-ils assez, manquent-t-ils de quelque nutriment que ce soit, à quel âge est-il acceptable de donner des friandises ou de la restauration rapide? À un moment ou un autre, nos petits font tous une grève de la faim, qui se présente de façon différente dans chaque famille.

Le stade de l’affirmation de soi vers les deux ans vient souvent avec une grève de la faim, puisqu’il peut enfin dire non, et décider de lui-même. Un peu plus tard viennent les ‘caprices’ sur certains aliments. Mon fils de 3 ans, par exemple, a décidé du jour au lendemain qu’il ne voulait plus rien manger de vert. On voit souvent sur les groupes de parents des couples s’inquiéter du fait que leur enfant refuse la viande, refuse les légumes, ne veut que des fruits ou des pâtes blanches à rien.

Il n’y a pas grand-chose à faire dans ces cas-là, en règle générale ça se replace à un moment ou un autre, puisqu’un enfant ne se laissera jamais mourir de faim. Il y a par contre quelques petits subterfuges que l’on peut utiliser pour ajouter des légumes, des fibres, des protéines et des vitamines et minéraux dans l’alimentation d’un petit mangeur récalcitrant.

 

1.Camoufler des légumes

Rares sont les enfants qui ne rechignent pas à manger tous leurs légumes, quel que soit le légume. Rares également sont les enfants qui n’aiment pas les croquettes ou les boulettes. Il est tellement facile de camoufler des carottes râpées, plein d’oignon et d’ail, des épinards, du brocoli ou du chou-fleur dans ces petites bouchées!

Vous pouvez également faire des sauces à base de légumes, par exemple une sauce Alfredo à base de chou-fleur, une sauce aux poivrons rôtis, une sauce rosée tofu et tomates fraîches.

 

Les desserts camouflant des légumes sont aussi une très bonne idée. Pain pomme et zucchini, gâteau ‘mousse au chocolat’ avec une base de patates douces, des brownies red velvet avec de la betterave sont autant de petits plaisirs que l’on peut ajouter à un menu.

 

2.Ajouter des légumineuses dans tout

Les pois chiches constituent l’une des légumineuses les plus versatiles qui soit. Leur goût plutôt neutre leur permet d’être ajoutés dans des desserts pour maximiser les protéines et les fibres tout en donnant le sentiment à l’enfant qu’il mange un ‘treat’. Biscuits sans farine à base de pois chiches, pâte à biscuits sans cuisson avec pois chiches, sirop d’érable et huile de coco.

Vous pouvez également ajouter des haricots dans vos bols de smoothie, faire des brownies à base d’haricots noirs etc. L’hummus au chocolat est aussi une excellente alternative au Nutella.

 

3.Les graines et leur versatilité

Les graines de chia, de lin et de chanvre sont trois graines incroyablement saines. Elles peuvent être ajoutées aux smoothies, sur les pâtes, dans des biscuits, galettes, sauces etc.

Les graines de chia contiennent 17g de protéines par 100g et 34g de fibres. Les graines de lin, quant à elles, 18g de protéines et 27g de fibres et les graines de chanvre 31g de protéines et 6g de fibres en plus d’être une protéine complète.

 

4.Les collations santé et nutritives

Certains parents préféreront simplement laisser l’enfant passer en-dessous de la table et attendre le prochain repas mais personnellement, ma paranoïa s’exacerbe dès que mes enfants refusent de manger leur repas et je me mets à penser en termes de pertes de nutriments.

Je garde donc toujours sous la main des collations santé pour ces moments où ils refusent de bien manger. Des pois chiches grillés pour remplacer les croustilles, des boules d’énergie regorgeant de noix, de graines, de zestes d’agrumes frais pour la vitamine C, des biscuits 3 ingrédients ne comprenant que de la banane, des flocons d’avoine et du beurre d’arachides naturel par exemple.

L’important reste bien évidemment de respecter son enfant, de l’écouter et d’y aller avec ses besoins. Vient un âge où les enfants découvrent le sentiment de satiété et parfois c’est nous, en tant que parent, qui avons l’impression qu’ils ne mangent pas assez. L’important est de varier les assiettes, proposer de nouveaux aliments et écouter son mini moi.

À noter que tous ces trucs s’appliquent aussi à vous, adultes qui avez de la difficulté à bien manger et à aller chercher tous vos nutriments 😊.

Comme disait si bien le père de mon conjoint ‘on doit tous manger trois fois par jour’. Aussi bien rendre l’expérience agréable pour tout le monde!

Suivez nous sur Facebook et Instagram!

Laisser un commentaire