Fait vécu,  Vie quotidienne

Auto, boulot, dodo… garderie?

Je me fais constamment demander quand Raphaëlle ira à la garderie. Les gens veulent savoir quand j’irai travailler et ce que je ferai. Pour eux, c’est bien important que la vie des autres (lire : ma vie) cadre bien dans le moule. Dans la société actuelle, personne ne semble s’intéresser au fait que d’élever soi-même ses enfants est une occupation en soi. Pour être utile à la société, faut que ça paie, pis bien, à part ça. Non, mais que dis-je? Bien-sûr que ça prend deux salaires pour faire vivre une famille! Même si nos revenus suffisent amplement à faire (bien) vivre notre famille, il faut qu’on ambitionne à plus. Ça prend une maison, deux voitures, un chien etc.

Pour moi, ce n’est pas normal qu’une éducatrice en garderie passe avec notre enfant une plus grande partie de sa période d’éveil quotidienne que nous-mêmes. Il le faut, c’est la vie, tout le monde fait comme ça, me direz-vous. Peut-être que je suis folle, mais je n’arrive pas à saisir cette logique-là. Et je me sens piégée, forcée à y adhérer.

Il faut dire que nous n’avons pas un parcours typique. Comme j’ai eu Raphaëlle peu après avoir terminé mes études universitaires (j’étais alors étudiante pendant plus de la moitié de ma grossesse), #LesGens n’étaient pas convaincus du choix de notre timing pour faire notre enfant. Et ils ne se gênaient pas pour nous le dire! Jacques-Pierre était alors en attente de sa résidence permanente (qu’il a eu en juin 2017), et il cumulait des emplois précaires et pas très élogieux. Des emplois qui ne demandaient pas d’études, des petits contrats par-ci, par-là (alors qu’il a un diplôme universitaires de deuxième cycle).

Tout le monde semblait donc s’inquiéter pour notre avenir quand nous leur avons appris ma grossesse, et les réactions nous ont beaucoup déçues (pas toutes, mais plusieurs)! Pour nous, c’était pas compliqué. On se sentait prêts à être parents, et on avait confiance que Jacques-Pierre se placerait dans un emploi stable, c’était une question de temps. Les revenus que j’aurais pour assurer mon congé de maternité suffisaient, on a aucune dette, et on se sentait confortables financièrement.

Quand Raphaëlle est née, son père n’avait pas encore trouvé de travail stable. On s’est très bien débrouillés malgré tout. Entre deux de ses contrats, nous sommes partis en Californie pendant deux semaines. Pendant notre voyage, il a reçu l’appel tant attendu : un contrat de trois ans pour travailler dans un ministère. Une stabilité, un salaire parfaitement convenable, des assurances pour toute la famille.

Mon congé de maternité s’étant terminé le 15 juillet dernier, nous devons prendre une décision. Soit nous mettons Raphaëlle à la garderie et je me trouve un emploi à temps plein en lien avec mes études. Soit je développe Famille à bord, tout en m’occupant de ma fille. C’est la pression sociale qui pèse sur mes épaules qui me force à considérer les deux options.

Ce soir, nous allons visiter une garderie. Nous prendrons ensuite une décision. Ça me brise le coeur juste d’y aller, mais j’essaie d’être rationnelle. Un blogue qui en est à ses débuts, ça ne rapporte pas de sous (ou très peu), alors il faut choisir entre vivre avec deux salaires (pour vivre avec plus, tsé) ou vivre et tenter le tout pour le tout afin de réaliser mon rêve d’être entrepreneure, dans l’espoir d’un avenir meilleur. D’un avenir que j’aurai bâti avec par la force me mes convictions.

Quelle est, selon vous, notre meilleure option?

P7231485.jpg

Visitez notre page Facebook pour connaitre la suite…

Aucun commentaire

  • Erika

    Même dilemme ici. À bébé 1 je suis restée à la maison jusqu’à ses 13 mois. J’ai eu une offre d’emploi par surprise en CPE . J’ai travaillé 1 an et je suis tombé enceinte de sa soeur. Je l’ai donc retiré de la garderie pour passer plus de temps avec lui pendant mon retrait préventif et après la naissance de bébé 2. Maintenant bébé 2 a 8 mois et mon retour est prévu pour le 18 septembre. Mon conjoint à emplement les moyens ne nous faire vivre mais n’est pas certain que c’est une bonne option. Moi je ne veux pas envoyé mes cocos en garderie pour aller en élever d’autres en Cpe. Même si j’adore mon travail et mes collègues, il ne me fait pas du tout envie. Les horaires ne fit pas du tout avec les horaires des garderies. Puisque je suis seule la semaine et que je dois respecter les heures d’ouverture et de fermeture de garderie ce n’est pas évident. Conjoint camionneur et moi je fermerais le cpe 3 jours par semaine et l’ouvrirait le 4 ième jour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *