L’arrivée de ton petit frère

Un texte de notre collaboratrice Frédérique Lavoie-roy

Mon grand garçon, je dois t’avouer que ta maman avait peur. Peur que l’arrivée de ton petit frère vienne chambouler notre si belle complicité. Toi, mon colleux, toi mon clône de 2 ans, ma petite douceur. J’étais effrayée à l’idée de ne plus avoir le temps pour toi, pour tes casse-têtes ou pour nos parties de cache-cache. Je culpabilisais à l’idée de manquer de temps pour nous. Puis, ton frère est arrivé et toutes mes craintes se sont envolées d’un coup. Dès que j’ai vu tes yeux brillants se remplir d’amour en le voyant j’ai su qu’on y arriverait, j’ai su qu’on trouverait encore le temps et que tu aurais toujours ta place. En vingt-quatre petites heures j’ai su que tu serais un grand frère merveilleux et je t’ai vu prendre tout un coup de vieux sous mes yeux. Je te jure, mon petit 2 ans, soudain tu semblais si grand. De te voir avoir autant d’affection pour un p’tit être que tu connais à peine me remplit d’une fierté indescriptible.

unnamed-1Je le sais que tout a changé pour toi, qu’en un instant ta maman s’est transformée en « votre » maman, celle qui allaite sans arrêt, qui est fatiguée et qui n’a plus autant envie de jouer au hockey, mais on réussit encore à s’aimer fort, rire à gorge déployée et dormir collés alors je sais que je n’ai pas à avoir peur et que tout va bien aller.

Pour nous suivre sur Facebook, c’est par ici!

Laisser un commentaire