Vie quotidienne

Il fait plus beau maintenant

Ça fait déjà une semaine qu’on a emménagé dans notre nouvelle maison et je tente maintenant de tourner la page sur ce que j’ai envie d’appeler “notre vie d’avant”. Tout à l’heure, tu es partie avec ton papa remettre les clés de notre appartement. Je n’avais pas envie de vous accompagner, parce que je ne me sentais pas assez forte pour y retourner. J’y ai à la fois vécu de très beaux moments, mais aussi de moins beaux. Il faut dire que ces trois derniers mois ont été difficiles. Ton frère est arrivé, et bien que je l’aime tout autant que toi, sa naissance m’a provoqué un mélange de sentiments difficiles. Je me sentais si mal de ne pas être capable de profiter de ses premiers mois, ceux qui auraient dû être doux et magiques, comme je l’ai fait avec toi.

28

On a eu notre maison le jour de mon 28e anniversaire. C’était pour moi un changement heureux. J’avais besoin de plus d’espace, de fenêtres, de place pour que tu puisses courir. Il me fallait notre nid à nous, qui nous appartiendrait et où on pourrait emmagasiner nos souvenirs. Ça pesait lourd dans ma tête de me sentir coincée entre quatre murs.

Pour moi qui ai vécu en appartement toute ma vie, c’était comme un gros saut dans le vide, mais j’étais si bien entourée que ça ne m’a pas vraiment inquiétée. Je sais que c’est une grande chance que nous avons de vivre ici. Notre maison n’est pas immense, mais c’est chez nous. Et je suis fière de pouvoir t’offrir ce que je n’ai pas eu.

J’essaie fort de te comprendre

J’ai remarqué que tous les changements que tu as vécus dans les derniers mois t’ont fatiguée. Tu dors beaucoup et tu as un peu de mal à comprendre tes émotions. Tu réagis à l’extrême à toutes les situations; tu ris aux éclats, tu fais des grosses crises et tu cris, tu cris pour nous faire réagir, parce que tu ne sais plus trop comment avoir notre attention du haut de tes deux ans. J’ai eu tellement de peine chaque fois que je refusais de jouer avec toi parce que je devais m’occuper de ton petit frère ou préparer le déménagement. J’avais l’impression que du temps important me filait entre les doigts, mais je me disais que c’était un mal nécessaire pour arriver où on est aujourd’hui.

Maintenant que nous sommes enfin installés, je peux retrouver du plaisir à jouer avec toi. C’est une grande fierté pour moi que ma première maison soit aussi la tienne. Je t’aime très fort et je suis fière de toi, beau temps, mauvais temps! Espérons que les nuages soient rendus très loin et qu’il fasse beau très longtemps.

Pour nous suivre sur Instagram dans notre nouvelle maison, cliquez ici!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *