Ça prend encore un village pour élever un enfant

Un texte de notre collaboratrice Axelle

Quand tu deviens maman, tu deviens en congé de maternité. Tu ne deviens pas juste en congé de travail, mais en congé d’activités, en congé d’amitié, en congé de tout! C’est pas mêlant, les premières semaines, il n’y a pas de différence entre le jour et la nuit tellement tu ne fais qu’un avec les besoins de ton enfant et que les poches en dessous des yeux t’empêchent de réfléchir.

Une fois que tu « pognes le beat », tu apprécies les moments collés-collés avec bébé sur le divan, à écouter tes épisodes Netflix pour passer le temps en allaitant. Ça ne te dérange pas le moins du monde d’être habillée en mou, de sentir la fille qui s’est lavée il y a 4 jours et que ta teinture soit aussi fraîche faite que le souper sur le poêle : inexistante.

Un beau matin, sûrement quand ton homme sera de retour au boulot depuis un moment déjà, tu vas te lever et te regarder dans le miroir. Pour de vrai. Aouch… Je ne sais pas vous, mais moi, j’avais les cheveux en nœuds, et c’était loin d’être voulu. T’as le teint un peu gris de fatigue (ce serait assurément une couleur très tendance ça, le gris fatigue extrême, chez Benjamin Moore, mais pas dans ta face) et malgré ton bonheur gazouillant à deux mètres de toi, t’as envie de plus.

T’as le goût de t’habiller et de te maquiller. Mais en premier, t’as juste le goût de te laver, trois fois. Tu sors de ta bébé-rnation.

Quand tu es presque fraîche et dispose, tu t’assois sur le divan et tout d’un coup, Netflix, ce n’est plus le Graal. T’as le goût de parler, et qu’on ne te réponde pas en monosyllabe. Tu vas sur Facebook, tu écris à tes amis pour leur dire que tu ne les as pas oubliés, et tu attends de voir qu’ils ont vu que tu as écrit. Et puis tu te languis de la réponse, d’un contact quelconque.

Tu accroches sur une annonce d’une maman qui crée un groupe de mamans proche de chez toi. Et puis le plus beau là-dedans, c’est que quelqu’un finit par proposer de sortir faire une activité. Une activité! EN DEHORS DE LA MAISON!

Tu te rends compte de la chance que tu as d’être mère dans l’ère des réseaux sociaux! Pour ma part, j’ai eu de la chance, parce que mes trois groupes de mamans sont parfaits. Mes trois groupes de mamans sont inclusifs, et ne jugent pas.

On m’a beaucoup parlé des femmes qui jugent, assises chez elles dans leurs divans, à répondre des méchancetés entre deux gorgées de café froid. Pourtant, je ne les ai pas croisées, ces femmes-là, sur mes groupes à moi! Elles se sont faites absentes, celles qui jugent et qui croient dur comme fer que leurs opinions sont les meilleures, quitte à blesser les autres mères.

J’ai, au contraire, reçu de l’appui à toutes heures du jour et de la nuit. Ce qui est parfait avec les groupes de mamans, c’est que les autres mères aussi ont des horaires atypiques. Elles dorment à des heures bizarres, et elles aussi sont réveillées à des heures où elles rêveraient de dormir. Ça m’a fait un bien fou.

Mariage de mon amie Vanessa, élève de swing devenue amie par le groupe de bébés d’été 2016 auquel elle m’a gentiment ajouté sur Facebook! Crédit photo : Lydia Mailloux

Les enfants, ça ne naît pas avec un mode d’emploi détaillé. Ça arrive comme ça, et les situations où tu te questionnes se présentent sans crier gare. Mais les « moms », elles, elles sont là. Et il y a toujours quelqu’un quelque part qui peut t’éclairer sur ce que tu peux faire pour que ça aille mieux. Que ce soit pour les petits boutons étranges qui poussent sur la bedaine de ton petit dernier ou les réveils nocturnes de ton « troizans », il y a toujours une mère prête à t’offrir du réconfort et à te partager mille trucs et astuces. Il y a toujours quelqu’un pour te demander d’où tu viens et te proposer une petite sortie salvatrice, question de rester saine d’esprit.

On est peut-être dans une ère très individualiste, mais l’adage qui dit que ça prend un village pour élever un enfant est toujours aussi présent! Et je l’ai trouvé mon village, quelque part sur les réseaux sociaux.

Et vous, avez-vous eu des groupes de soutien comme moi?

Suivez nous sur Facebook et sur Instagram!

Photo de couverture issue d’une belle rencontre à Trois-Rivières avec des mamans de partout dans la province, rencontrées sur un groupe de mamans Facebook.

Laisser un commentaire