Bilan émotif des deux premières semaines à la garderie

le

Un mot de l’éditrice: Vous pouvez nous suivre sur Facebook et sur Instagram pour connaître la suite de cette histoire!

On s’en était parlé il y a quelques mois, j’étais très réticente à envoyer ma petite à la garderie. J’avais envie de la garder avec moi et juste pour moi, pour ne pas «perdre» de précieux temps avec elle. Juste l’idée qu’une autre personne, que je ne connaissais pas, allait lui changer ses couches, moucher son petit nez et la consoler à ma place me faisait beaucoup de peine.

D’un autre côté, je songeais à toute la liberté que m’apporterait la garderie. J’allais avoir plus de temps pour moi, je pourrais donner de l’énergie à mes projets personnels et en développer de nouveaux, et faire des petites choses pour moi, comme prendre ma douche sans avoir mon enfant à surveiller qui tape des bains debout de l’autre côté de la vitre.

J’ai réfléchi longtemps, puis j’ai choisi de l’essayer, la garderie, mais seulement le matin. L’idée, c’était que mon homme laissait bébé à 8h avant le travail, et que j’allait récupérer ma croquette à 12h30, après son dîner mais avant la sieste. L’idée me convenait mieux de cette façon, comme ma fille ne s’endort pas seule et que je voulais continuer mon allaitement, c’était un compromis intéressant.

Quelques jours avant la rentrée à la garderie, je suis allée y passer une heure avec ma fille, pour qu’elle se familiarise avec la place. Après moins de 5 minutes, elle s’est fait mordre la joue par un autre enfant. Les énormes pleurs et la marque sur sa petite peau m’ont tellement fait de peine, je ne vous cacherai pas que j’ai eu envie de retourner chez moi et de la garder en sécurité, ma fille. Mais il fallait que je passe par dessus ça et que je fasse confiance. Le lundi suivant, j’amenai Raphaëlle dans son service de garde en milieu familial pour un petit deux heures. Je me souviens être allée au Tim Hortons le plus près à pied et m’être sentie complètement vide. C’était la première fois que je me retrouvais sans ma fille, sans mon chum, sans personne. Ce matin-là, j’ai écrit un article pour le blogue, je l’ai publié, puis je suis retournée chercher mon trésor. Alors que mon départ s’était très bien passé, j’ai eu droit à une énorme crise de pleurs dès qu’elle m’a vue franchir la porte. Épuisée, elle s’est endormie dans sa poussette sur le chemin du retour.

IMG_0761

Le lendemain, même scénario, mais elle est restée un peu plus longtemps. Même réaction à mon retour, même fatigue. J’avais l’impression de mettre ma fille dans une genre de prison à bébés, je me sentais tellement mal. Cet après-midi là, mon chum est resté à la maison, je pleurais, je doutais, je tournais la situation dans ma tête. Je me sentais mal de laisser ma fille, je trouvais ça long, j’aimais pas ça. D’un autre côté, j’aimais vraiment l’idée d’avoir du temps pour moi. Alors, elle y est retournée, parce que je voulais me donner un bon mois pour décider de l’avenir à long terme de notre décision envers la garderie.

Au fil des jours, ça s’est mis à mieux aller. Jamais je n’ai de crise quand je laisse ma fille et sa réaction à mon arrivée s’atténue tranquillement. J’apprends que ne peux plus tout contrôler en lien avec mon bébé, j’apprends à apprivoiser qu’en dehors de moi, elle a sa propre vie à vivre. Je m’habitue à cette nouvelle réalité.

La bonne nouvelle, c’est que je n’ai plus de mal à passer quelques heures chez moi, toute seule. J’ai développé un nouveau projet, ma collection de bijoux en Swarovski, et je peux me prendre des rendez-vous, des réunions, mettre des choses à mon agenda le matin sans me dire que je vais devoir me trouver une gardienne, parce que d’office j’en ai une. Je travaille plus, mais mes projets avancent beaucoup mieux. Je suis moins stressée aussi, et j’ai davantage l’impression de me réaliser au quotidien.

Pour l’instant, je trouve que la garderie, c’est positif. Ma fille voit d’autres enfants et sort à l’extérieur chaque jour où il fait beau. Elle fait des activités et apprends plein de choses.

Je retrouve mon équilibre, tout va bien.

Et pour vous, comment ça s’est passé, l’entrée à la garderie?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *